Je souffre d’anxiété : pourquoi dois-je surveiller ma tension ?

0
1054

L’anxiété n’est pas un problème de santé en tant que tel. Il s’agit juste d’un état de crise bénin qui survient lorsqu’on est confronté à une pression ou lorsqu’on vit une situation de stress. Seulement, même si être anxieux à première vue n’est le signe d’aucune altération de votre système interne, cela peut servir de rampe pour la complication de quelques soucis dans le fonctionnement normal de votre organisme.

Dans certains cas, l’anxiété peut même, lorsqu’elle est permanente, indiquer une maladie sous-jacente. Être vigilant lorsqu’on souffre d’anxiété est donc très important. Parmi les gestes conseillés à toute personne manifestant de l’anxiété, la surveillance de la tension trône en bonne place. Mais pourquoi ? Quelle relation il y a-t-il entre anxiété et tension ? L’anxiété peut-elle sérieusement compliquer des soucis cardiaques ? Découvrez ici toutes les réponses à vos questions.

L’anxiété : tout comprendre de cet état d’angoisse

L’anxiété est assimilée à une émotion de panique ou d’angoisse générée par l’intervention brusque d’un facteur (extérieur ou intérieur à l’organisme). L’intervention d’un tel facteur crée une angoisse ou une peur chez la personne qui n’a nulle autre envie que de l’éviter. Il est tout à fait possible de devenir anxieux juste après avoir vu ou entendu quelque chose.

Cette situation peut également survenir quand vous subissez une grande pression ou un grand changement. C’est tout à fait normal par exemple de se sentir anxieux lorsqu’on prépare son mariage. Il existe également beaucoup de cas où l’anxiété survient juste après que vous ayez pensé à une situation précise de votre vie ou une situation impliquant potentiellement quelqu’un qui vous est cher.

L’anxiété se manifeste souvent par :

  • Les palpitations ;
  • Les tremblements ;
  • Le vertige ;
  • Les frissons ;
  • De probables maux de tête ou maux de ventre ;
  • Une sensation de serrement au niveau de la poitrine ;
  • Une impression d’étouffer ;
  • Un nœud à l’estomac ou à la gorge ;
  • etc.

La tension artérielle en question : que faut-il en retenir ?

Il faut savoir que le niveau normal de la tension artérielle doit se situer à 12 ou 13 pour le premier chiffre, et à 8 pour le second. Plus haut, ce n’est pas bon signe ; trop bas aussi, il y a un problème. Pour avoir un niveau de tension normal, il faut pouvoir maitriser ce qui l’influence. À ce propos, notez qu’une poussée de tension artérielle peut provenir de plusieurs causes dont le stress et tous ses corollaires. Une très grande frayeur par exemple peut entraîner facilement une montée de la tension artérielle. Dans la même veine, une grosse dispute ou un état de très grande colère peut faire monter votre tension artérielle. Il existe un grand nombre de situations similaires qui peuvent conduire à une montée pure et simple de la tension artérielle.

Quelle est la relation entre l’anxiété et la poussée de la tension artérielle ?

La relation entre l’anxiété et la poussée de la tension artérielle n’est pas difficile à prouver. Il suffit de se référer au fonctionnement interne du corps humain pour cerner le rapport. En effet, lorsqu’une personne devient anxieuse, un petit dérèglement se remarque au niveau de son système nerveux sympathique. Ce dernier déclenche une réaction de combat ou de fuite. C’est justement ce qui fait que chez certains l’anxiété se présente avec des signes sommaires (des frissons, des vertiges) alors que chez d’autres, elle s’impose par de vives palpitations, des tremblements, une impression d’étouffer ou un nœud à la gorge. Tout ceci augmente la fréquence cardiaque. Or, lorsqu’on parle de fréquence cardiaque, on parle en même temps de la tension artérielle.

Au-delà de cette preuve, il faut aussi signaler que l’anxiété, surtout lorsqu’elle est chronique, représente un facteur négatif pour l’équilibre physique et mental. Dans ces cas, il suffit d’une petite dose d’inconfort pour faire virer le sujet dans un été de poussée de tension artérielle. Par exemple, une situation aussi banale qu’un embouteillage, une journée de travail un peu stressante, une inquiétude poussée pour ses proches peut rapidement doubler la dose d’anxiété et engendrer une poussée vertigineuse de la tension artérielle.

Surveiller ma tension lorsque je souffre d’anxiété : ce que je gagne

Surveiller sa tension lorsqu’on souffre d’anxiété est bénéfique dans deux sens : prévenir les complications et maitriser son anxiété.

Surveiller sa tension pour prévenir les complications

Sur ce premier plan, il faut commencer par signaler que si la tension artérielle atteint des courbes vertigineuses lorsqu’on souffre d’anxiété, cela peut entrainer des complications. L’anxiété ayant déjà créé un terrain favorable à certaines maladies, la tension artérielle ne viendra que déclencher ces derniers et mettre sérieusement à mal votre santé. Même chez une personne tout à fait en bonne santé, l’association des différents problèmes (trouble, palpitation, vertige, état psychologique affecté) emballés par l’effet de surprise que s’attache l’anxiété peut rapidement entrainer à une situation dramatique.

Il suffit que la tension artérielle, non contrôlée, monte en flèche, prenne le temps de créer des dommages de façon inaperçu. C’est comme un cocktail Molotov qui lorsqu’il explose aura l’effet d’une bombe capable de clouer votre organisme.

Dans un cas plus gave, si vous êtes déjà une personne à risque (diabétique, personne en surpoids ou avec un taux de cholestérol élevé par exemple), la poussée de la tension artérielle à cause de l’anxiété peut créer des dommages irréparables. En effet, lorsque vous êtes diabétiques une forte tension artérielle peut engendrer au niveau de vos reins de graves lésions. Ces lésions peuvent également atteindre votre cœur et sérieusement toucher vos vaisseaux sanguins. Avec l’anxiété et les corollaires qui s’y attachent, la situation deviendra rapidement critique.

Par conséquent, surveiller sa tension artérielle, c’est se mettre à l’abri des complications, mettre de ses côtés toutes les chances de garder sa pleine forme et de rendre efficace son traitement.

D’ailleurs, il a été prouvé que, surveiller sa tension et prendre les dispositions pour la normaliser réduit de 44 % le risque d’accident vasculaire cérébral. Cela réduit également de 56 % le risque d’insuffisance cardiaque.

Surveiller sa tension pour maitriser son anxiété

L’anxiété et la tension artérielle fonctionnent un peu comme un cercle infernal. Lorsque l’anxiété déclenche la poussée de la tension, la tension quant à elle fait dégénérer l’anxiété et ainsi de suite. Surveiller votre tension lorsque vous souffrez d’anxiété vous permet de garder un œil sur votre angoisse et de ne pas vous laisser submerger par les inquiétudes. Le simple fait de remarquer sa tension stable est déjà une source de réconfort et d’apaisement.

Par ailleurs, surveiller votre tension lorsque vous souffrez d’anxiété vous permet d’identifier vos sources de stress et d’angoisse, de les apprivoiser autrement de sorte à éliminer leur influence sur votre système physique et psychique. Décider de prendre sa tension artérielle donne la capacité de connaitre ses faiblesses, c’est déjà le plus grand pas pour en finir avec l’anxiété.

Comment surveiller ma tension quand je souffre d’anxiété ?

Pour surveiller sa tension, il existe 2 approches. La première est de se faire suivre par un médecin, la seconde est de s’auto-mesurer.

Dans le premier cas, vous êtes sûr d’avoir l’accompagnement d’un spécialiste. Ce dernier est d’ailleurs la personne qualifiée pour diagnostiquer ou non une hypertension artérielle permanente. Il peut, pour vous soulager, vous proposer un traitement antihypertenseur et vous offrir un accompagnement pour gérer votre anxiété. Seulement, il a été prouvé que beaucoup de patients sont angoissés dans un cabinet médical ou à la vue d’un médecin. Ceci au point où leur tension est parfois amenée à monter ou à baisser ponctuellement le temps de ces rencontres : c’est l’hypertension de la blouse blanche. C’est pour éliminer cette déconvenue qu’une autre approche a été initiée.

À propos de l’auto-mesure

L’auto-mesure laisse le patient lui-même prendre sa tension artérielle à l’aide d’équipements adaptés. Elle peut se réaliser à la maison ou dans tout autre endroit. L’avantage est que vous n’êtes soumis à aucune pression. Vous mesurez vous-même votre tension de façon efficace.

Quelques conseils pour s’auto-mesurer

Pour bien mesurer sa tension, il faut prendre certaines dispositions et tenir compte de certaines règles. Déjà la mesure, surtout lorsqu’on souffre d’anxiété, doit être prise chaque jour à la même heure. Cela permet d’avoir une évaluation pertinente. Dans la même logique, chaque jour, environ une heure avant la prise de mesure de la tension, vous ne devez ni prendre de café ni fumer de cigarette. 2 à 3 min avant la prise de mesure, vous devez vous assoir et rester au calme.

Pendant la prise, il est important de ne pas parler ni bouger. En effet, cela peut augmenter les valeurs d’environ 6 à 7 mm Hg. Vous devrez réaliser 3 mesures espacées d’une à deux minutes, le matin et le soir. Pendant chaque prise, il faudra attendre au moins une minute afin de relâcher la pression dans les vaisseaux.

Sur les 3 jours, cela fera en tout 18 mesures que vous devrez communiquer à votre médecin afin qu’il calcule la moyenne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.