Mon enfant a des terreurs nocturnes : comment l’aider 

0
585

Entre l’âge de 9 mois et de 6 ans, 40 % des enfants ont des terreurs nocturnes. Il s’agit d’un trouble du sommeil qui survient durant la phase profonde du sommeil. Au cours d’un épisode de terreurs nocturnes, l’enfant peut être agité, il peut aussi se mettre soudainement à pleurer ou à crier sans même se réveiller. Même si le lendemain il ne se souvient de rien, à la longue, il risque de devenir somnambule. Vous pouvez éviter d’en arriver là en utilisant quelques astuces pour mettre fin à ces terreurs nocturnes. Focus !

Faites dormir l’enfant dans une chambre adéquate

La première étape pour aider votre petit ange à ne plus avoir de terreurs nocturnes est de lui aménager une chambre parfaite qui favorise un excellent sommeil. Procurez-vous le meilleur matelas qui lui apportera le confort nécessaire. Son matelas doit être adapté à son âge. Vous pouvez aussi installer un attrape-rêve au-dessus de sa literie ou mettre un toutou rassurant dans le lit.

Ensuite, faites en sorte que la température puisse toujours tourner autour de 18 °C. En effet, pour bien dormir, votre enfant a besoin que la pièce ne soit ni trop froide ni trop chaude. Vous devez aussi veiller à ce qu’il n’y ait point ou peu d’éclairage à l’intérieur. Éloignez tout équipement qui pourrait émettre un faisceau lumineux, à l’instar des écrans.

Aidez l’enfant à adopter une bonne routine de sommeil

En dehors du confort optimal de sa chambre, l’enfant a besoin d’une bonne routine de sommeil pour passer de paisibles nuits. Faites dormir votre enfant à une heure fixe et avec un rituel précis. Selon les spécialistes, la préparation au sommeil joue un grand rôle dans la qualité du sommeil des petits enfants. Vous pouvez par exemple prendre l’habitude de lui chanter une berceuse pour l’aider à s’endormir.

Choisissez une chanson que vous lui chantez plus souvent que d’autres. Il est aussi possible de lui raconter une belle histoire au moment du coucher. Ensuite, souhaitez à ses doudous et à lui une bonne nuit. Veuillez éviter de faire des jeux de bataille de polochon ou un autre jeu stimulant à l’approche de l’heure de l’endormissement.

Donnez-lui des aliments adaptés

Un bon endormissement passe également par l’alimentation. D’après une étude menée par les chercheurs Riva Tauman, Arie Levine, Hadas Avni et AL, 37 % des enfants pris en charge pour un trouble de l’alimentation ont aussi un trouble de sommeil. Pour qu’il dorme bien votre enfant doit manger des aliments comme les légumes, les noix, les fruits de saison tels que l’avocat, le poulet, le poisson et les graisses saines. Privilégiez le sarrasin, le riz et le quinoa aux céréales riches en gluten. Vous pouvez toutefois lui donner des céréales complètes. Les glucides lents contenus dans les pommes de terre favorisent par exemple un bon sommeil la nuit. Pensez également à utiliser l’huile d’olive comme huile de cuisson.

Ne paniquez pas


Si en dépit de tout, votre enfant fait une terreur nocturne, restez serein. Lorsqu’un épisode survient, évitez de réveiller votre enfant s’il ne se réveille pas lui-même. Veillez sur lui jusqu’à ce que ça passe. Les terreurs nocturnes ne durent qu’un brin de temps. Ne vous fâchez pas s’il hurle ou ne se calme pas. Ne le punissez pas non plus. Cela ne l’aidera en rien.

Acceptez de le suivre s’il vous demande de venir le voir dans sa chambre. C’est uniquement avec un comportement rassurant que vous pouvez l’aider à passer ce cap. Parlez avec lui de ses peurs et nommez-les. Il pourra ainsi se sentir compris et pourra plus facilement dominer ses craintes. Si vous avez une idée de l’instant où se produisent ces terreurs nocturnes, vous pouvez aussi réveiller votre petit un peu avant et le laisser s’éveiller une trentaine de minutes pour que cela passe.